Le conseil supérieur du notariat moins pessimiste

Ces derniers temps ont été marqués par une forte baisse du niveau général des taux d’intérêt immobilier, marquant l’entrée dans une nouvelle phase. Cependant, l’avenir du secteur immobilier reste encore incertain.

 

Le CSN révise à la hausse ses estimations

 

Le conseil supérieur du notariat (CSN) vient de réviser à la hausse son estimation de l’évolution de l’immobilier en France. La baisse du niveau général des taux d’intérêt amorcée depuis quelque temps a en effet changé la donne. Toutes les spéculations pessimistes sur l’avenir du secteur ne sont plus d’actualités et les professionnels du métier semblent résolus à redresser le marché. Au mois de mai, les analystes n’ont pas caché leur inquiétude face à l’effondrement du secteur en projetant une baisse moyenne de 10 % des prix des biens sur l’ensemble de l’année. Cependant, depuis le mois dernier, un renversement de la situation a été observé. Le niveau moyen du taux d’intérêt a été révisé à la baisse, à 3,60 % en juin. Selon les Notaires de France, ce dernier doit être maintenu afin de relancer le secteur.

Des disparités entre les régions

 

Malgré ces données, le problème n’est pas encore résolu. Les analystes annoncent une baisse moyenne d’environ 15 % du volume annuel des transactions sur le marché des biens anciens par rapport à l’année 2011. La barre des 700 000 biens retenue initialement est désormais à rejeter. Compte tenu de la situation actuelle, ce chiffre devrait être dépassé. Selon le CSN, la baisse sera moins importante pour les grandes agglomérations telles que Toulouse, Bordeaux, Lyon, Nice ou Montpellier et touchera notamment les régions du Centre, de l’Est, du Nord ainsi que l’île de France. Quant aux prix, la variation sera différente d’une région à une autre. La baisse sera de l’ordre de 5 à 10 % pour les grandes métropoles contre 10 à 15 % pour les autres régions, a annoncé le CNS.

 

L’avenir reste incertain

 

Le CSN reste pessimiste en ce qui concerne l’année 2013 et appelle les acteurs à être vigilants. Plusieurs variables explicatives ont été relevées par le Conseil, anticipant une récession économique profonde caractérisée par un taux de chômage élevé et un taux de croissance faible. Par ailleurs, toujours selon ses dires, une hausse de la fiscalité immobilière et patrimoniale est également envisageable. Récemment, le ministre du Logement Cécile Duflot a affirmé vouloir adopter une nouvelle législation régissant le secteur immobilier. Cependant, le contenu de cette dernière reste encore un mystère jusqu’à présent. En outre, bien que le dispositif Scellier soit voué à disparaître d’ici la fin de l’année 2012, aucune information n’a été divulguée quant à son futur successeur. D’après le CNS, l’année 2013, c’est l’année de tous les dangers.

 

Article similaire

Les commentaires sont fermés.