Diagnostic immobilier: quelles sont les perspectives pour 2016 ?

Dans son étude sur « Le marché des diagnostics immobiliers à l’horizon 2016 – Quels leviers pour réduire la dépendance au marché immobilier et aux prescripteurs traditionnels ? » publiée le 20 octobre, Xerfi révèle que le marché des diagnostics immobiliers devrait évoluer positivement dans les prochains mois. Des hausses de chiffre d’affaire de 2 % et de 4 % sont attendues pour 2015 et 2016 pour les diagnostiqueurs du panel observé par Xerfi.

Le marché du diagnostic immobilier ne se développera qu’après diversification de son offre

En 2012, les professionnels du diagnostic immobilier ont fait face à une baisse notable de leurs activités en raison:

  • de la réforme du DPE
  • du ralentissement des transactions immobilières
  • et de la réforme de la certification.

Une étude publiée il y a quelques semaines a cependant révélé que la situation devrait évoluer positivement dans les mois à venir. La baisse de la concurrence et la hausse des tarifs pour les différentes prestations de diagnostics témoignent d’ailleurs déjà de cette évolution. Autres facteurs en faveur d’un tel scénario : la baisse notable des taux du crédit immobilier, le nombre de mutations en hausse dans l’ancien et un pouvoir d’achat en progression dans de nombreux ménages. Selon l’auteur de l’étude, Vincent Desruelles, le diagnostic immobilier doit toutefois réduire sa dépendance à l’immobilier s’il souhaite se développer. Ce ne sera toutefois possible qu’après la diversification de son offre.
Parmi les pistes envisagées pour la diversification de l’offre, trois leviers ont été mis en avant.

  • Le premier porte sur les diagnostics de copropriété qui tendent à se développer en raison du certificat DPE avec mention devenu indispensable.
  • Le deuxième porte sur les attestations des travaux avec notemment l’augmentation de la RT 2012.
  • Le troisième porte enfin sur la rénovation énergétique qui est en plein boom depuis que la lutte contre les rejets polluants ainsi que l’économie énergétique sont devenues une priorité dans l’immobilier.

Vincent Desruelles affirme par ailleurs que le secteur de la rénovation énergétique est relativement porteur puisque des activités d’accompagnement et de conseils pourront être développées en parallèle. Ces différents leviers impliquent dans tous les cas une montée en puissance des compétences des personnes chargées du diagnostic.

Les réseaux de franchise anticipent la montée en puissance des compétences

L’étude explique aussi que ces changements tendent à favoriser les réseaux (type Exim ou Agenda diagnostic) et les entreprises avec salariés qui ont la capacité de structuration nécessaire pour répondre à la montée en gamme des compétences.

 

Article similaire

Les commentaires sont fermés.