La grogne réunit professionnels et usagers

Chacun pourra interpréter comme il le voudra l’état d’esprit qui règne un peu partout alors que les médias nous projettent déjà dans la future campagne présidentielle. Tous les 5 ans maintenant, on nous dit que non ce ne sont pas les citoyens qui sont lassés d’aberrations réglementaires mais que ce sont juste des opportunistes qui veulent obtenir des engagements d’élus. Mais là, en matière de diagnostics immobiliers, trop c’est trop et pour une fois, tant les usagers que les diagnostiqueurs immobiliers alertent le gouvernement (quel qu’il soit) et certains appellent même à la désobéissance citoyenne.

 

Des usagers révoltés réclament des professionnels du diagnostic

Nous avons déjà traité du problème qu’est le Service Public de l’Assainissement Non Collectif (SPANC) auquel sont confrontés beaucoup des 5 millions de personnes habitant une maison non reliée au réseau d’assainissement collectif et dont les eaux usées ne sont pas recueillies dans un égout mais dans une fosse septique. S’ils ne sont pas soumis à payer pour le traitement du volume des eaux usées qu’ils consomment, ils doivent payer une redevance d’assainissement non collectif et subir des contrôles dont le fameux diagnostic assainissement non collectif ou diagnostic ANC.

Mais alors que tous les autres diagnostics immobiliers doivent être réalisés par des professionnels certifiés et indépendants de toute entreprise de travaux, ce fameux diagnostic assainissement non collectif doit obligatoirement être réalisé par un délégué du SPANC local qui n’est soumis à aucune obligation de certification nationale et n’a pas à se déclarer sur l’honneur indépendant de l’entreprise qui réalisera les travaux de mise en conformité qu’il impose…

C’est pourquoi, a été créée la confédération Confi-ANC-e (Confédération Indépendante pour un ANC équitable) qui a récemment saisi le Gouvernement, réclamé un moratoire et a même appelé les propriétaires soumis au SPANC à interdire l’accès de leur propriété aux agents des SPANCs.

 

Et des professionnels excédés veulent juste travailler

C’est le cas des opposants à la « certification à répétition » qui ont officiellement créé l’association « Les Diagnostiqueurs Indépendants » qui regroupe déjà plus de 2 000 sympathisants à son action auprès du gouvernement afin de faire cesser les sempiternelles certifications à répétition, re-certifications etc… En bref pour permettre aux diagnostiqueurs immobiliers déjà certifiés de ne pas passer leur temps (et argent) à passer à nouveau des examens professionnels déjà obtenus (plutôt que de travailler sur le terrain)

 

Le président de l’association a saisi le gouvernement et nous attendons avec impatience de lire la réponse de celui-ci et/ou de son successeur…

 

Quelle que soit l’issue des élections et l’avenir de tout gouvernement, il faudra bien un jour admettre au grand dam de quelques entreprises :

  • Qu’un diagnostic immobilier doit répondre aux mêmes critères que les autres diagnostics immobiliers et que la profession de diagnostiqueur immobilier n’a pas à subir des certifications à répétition. Lire à ce sujet la lettre du président de la LDI au Président de la République.
  • Que le diagnostic assainissement non collectif a toutes les raisons d’être confié plutôt à des professionnels certifiés et indépendants qu’à des agents non certifiés (notamment lorsqu’il s’agit d’agents de compagnies privées assurant le SPANC en délégation).

Article similaire

Les commentaires sont fermés.