Immobilier : des prix toujours à la baisse au 2ème trimestre

Contre toute attente, les prix de la pierre ont continué à reculer sur le T2 2012 sur le territoire français. Par contre, la tendance est encore à la hausse à Paris, ont ajouté les notaires.

 

Évolution de l’immobilier en France

 

Au 2ème trimestre 2012, les prix des maisons aussi bien que ceux des appartements ont légèrement baissé par rapport au 1er trimetre de la même année. C’est ce qu’a révélé la dernière note des Notaires-Insee. En tenant compte des fluctuations saisonnières, le repli moyen enregistré sur le territoire français est de 0,3 % au 2ème trimestre. Dans la région Île-de-France, les prix sont restés relativement stables dans l’immobilier ancien. Selon les chiffres donnés par les Notaires, la baisse pour ce secteur est de 0,1 % sur ce trimestre. Dans les provinces, le repli est estimé à – 0,3 % pour le marché des maisons, contre une baisse de 0,9 % sur un an. Il est de – 0,4 % pour le secteur des appartements, à comparer avec une croissance de 1,1 % par rapport au T2 2011.

 

Les perspectives du marché

 

Actuellement, le secteur de la pierre n’est pas favorable. Sur le T2 2012, les ventes ont reculé de 21 % à 34 800 logements, comparés au même trimestre, un an auparavant. Notons que ce chiffre tient comptes des cessions combinées dans l’ancien et dans le neuf. Les Notaires soulignent dans leur note que le deuxième trimestre 2011 était également marqué par des ventes inférieures à la moyenne normative. Ils expliquent cela par l’attitude attentiste des potentiels acheteurs. Il semblerait que ces derniers se montrent plus exigeants par rapport au bien convoité. Toutefois, le « scénario noir » anticipé précédemment n’est pas attendu dans l’immédiat. La baisse des résultats au 2ème trimestre 2012, ne présage pas l’apparition du fort repli attendu sur le marché.

 

Une tendance haussière à Paris

 

Dans la capitale, la tendance s’annonce complètement différente. Au vu des avant-contrats actuels, les Notaires prévoient une nouvelle croissance des tarifs demandés à Paris au cours du mois de septembre. D’après le président de la commission chargée de réaliser la note de conjoncture, l’on devra donc s’attendre à un prix de 8 570 euros/m² sur cette période, soit un nouveau record pour la capitale. Néanmoins, Thierry Delesalle a indiqué que les tarifs devront baisser à près de 8 530 euros/m² durant le mois d’octobre. Les officiers ministériels ont de leur côté souligné que l’évolution est aujourd’hui stable à Paris. L’on devrait être fixé d’ici à fin novembre, avec la publication de la note de conjoncture à venir.

 

Article similaire

Les commentaires sont fermés.