Le diagnostic amiante par spectromètre IR/Raman

C’est une des avancées notoires dues au Plan de Recherche et de Développement Amiante mais aussi aux fabricants d’appareils ; la détection de présence d’amiante dans l’air et/ou dans les matériaux est désormais aussi simple que la visualisation du plomb dans les peintures. Le spectromètre de détection d’amiante facilite l’intervention du diagnostiqueur immobilier, écourte notablement son temps d’intervention et surtout réduit considérablement voire élimine tout risque d’erreur lors d’un repérage amiante, et le tout sans requérir d’investigations destructrices. Les spectromètres infra-rouge et Raman vont-ils augmenter ou diminuer le coût des diagnostics amiante ? A voir…

Les spectromètres amiante

La spectrométrie en matière de détection d’amiante consiste à projeter dans l’air et/ou sur les matériaux un faisceau lumineux (infra-rouge et/ou laser). Chaque matériau ayant sa propre réponse à son excitation par les photons reçus et renvoyés, il suffit alors d’analyser la longueur d’onde reçue en réflexion (spectrométrie Raman) et de la comparer dans une base de données embarquée dans l’appareil. Ainsi, en quelques secondes (moins de 10 en général) un spectromètre illumine un matériau ou l’air ambiant, recueille la lumière réfléchie par eux et analyse les résultats en distinguant si oui ou non des fibres d’amiante ont été identifiées.

De la forme et de la taille d’un détecteur de plomb dans les peintures, le spectromètre de détection de fibres d’amiante est un outil portatif généralement alimenté sur batterie intégré ce qui le rend assez autonome et surtout très maniable. Certains appareils, mais tous le seront bientôt sans nul doute, peuvent déjà être munis d’un prolongateur en fibre optique permettant d’insérer la tête de mesure par un simple orifice (moins de 10 mm de diamètre) afin de permettre la détection au cœur des matériaux sans avoir à procéder à des sondages ou des destructions.

A savoir : Alors que la visualisation du plomb dans les peintures lors du diagnostic plomb ou CREP (Constant de Risque d’Exposition au Plomb) se fait à l’aide d’un appareil employant une source radioactive (fluorescence par rayons X), la technologie IR/Raman ne réclame qu’une source lumineuse non radioactive, ne dégageant pas de rayonnement nocif et ne réclamant pas de mesures spéciales en termes de protection, conservation, transport ….

Un usage reconnu et agréé par la norme amiante

Un bel outil que ce spectromètre amiante mais qui n’a d’intérêt que si ses mesures sont fiables et exploitables. C’est le cas puisque la norme NF X 46-020 Repérage des matériaux et produits contenant de l’amiante dans les immeubles bâtis prévoit leur usage et reconnaît leurs résultats (sous conditions éventuelles d’analyse d’échantillons). Ainsi pour tout diagnostiqueur immobilier, l’emploi d’un détecteur d’amiante par spectrométrie IR/Raman est une forme de garantie sur les éventuels risques d’erreur puisque le spectromètre est réputé fiable donc limitant voire écartant tout risque d’erreur sous réserve bien sûr d’avoir investigué l’intégralité des volumes et des matériaux à dépister.

C’est notamment grâce à la mise en place du Plan de Recherche et de Développement Amiante PRDA de 2015 que les industriels ont pu développer ces nouveaux appareils en ayant la certitude que la norme NF 46-020 qui valide les repérages amiante par spectrométrie accepterait leurs résultats en matière de détection des fibres d’amiante des trois types (amosite, chrysolite, crocidolite).

L’impact du prix du spectromètre sur le coût du diagnostic amiante

Portatifs, faciles d’usage et fiables quant à leurs résultats, les spectromètres de détection d’amiante sont un progrès considérable pour les diagnostiqueurs immobiliers, les opérateurs du repérage amiante ainsi que pour leurs clients donneurs d’ordre ; malheureusement, le prix de ces appareils est encore bien élevé ce qui pose quelques questions auxquelles le marché devrait répondre.

Un des premiers détecteurs d’amiante par spectrométrie IR/Raman encore leader sur le marché se vend aux alentours de 28 000 € ou peut être disponible en location-vente autour de 700 € mensuels. La question qui se pose donc pour les diagnostiqueurs immobiliers est de savoir quel amortissement d’un tel détecteur est possible en fonction du nombre de diagnostics amiante qu’ils ont à effectuer ; et pour les particuliers de savoir quel diagnostiqueur employant quelle méthode de détection apportera la même qualité au même prix sachant que l’ODI à spectromètre amiante risque d’être plus cher afin d’amortir son matériel, mais ses résultats seront peut-être plus fiables et ses investigations plus rapides et surtout moins destructrices.

Article similaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *