Un pas en avant pour la sécurité électrique

C’est au 1er juillet de 2017 qu’entre en vigueur l’obligation de faire effectuer le diagnostic électricité (état des installations intérieures d’électricité) lors de la location d’un logement dont l’installation date de plus de 15 ans. Jusqu’alors ce diagnostic électrique n’était obligatoire que lors de la vente. C’est une grande part du parc immobilier ancien qui va ainsi devenir plus sûr aussi bien pour ses occupants que pour le voisinage. Plus sûr mais aussi bientôt plus économe en énergie avec l’obligation de rénovation énergétique qui entre également en vigueur cette année et un peu plus vert grâce à un projet de loi relatif à l’électricité renouvelable actuellement en cours d’étude au Parlement.

 

L’autoconsommation privilégiée

On a tellement constaté de difficultés pour bon nombre de particuliers de vendre leur électricité aux opérateurs qu’il a fallu se rendre à l’évidence: les fournisseurs d’énergie sont réticents à acheter de l’électricité verte surtout lorsqu’ils n’ont pas vendu les panneaux qui la produisent. Pourtant, l’engouement des particuliers pour installer des panneaux solaires sur leur toit a démontré à quel point les Français s’engageaient dans la démarche environnementale de réduction des émissions polluantes.

Bien que le monopole d’achat par EDF de l’électricité verte soit récemment tombé, les fournisseurs d’énergie ne se pressent pas pour acheter l’électricité des petits producteurs, alors la seule solution pour tenir les accords de réduction des consommations en énergie et des émissions de GES (gaz à effet de serre) c’est l’autoconsommation.

 

L’autoconsommation électrique est le procédé selon lequel l’électricité produite par une installation d’un particulier va d’abord être employée pour les consommations du bâtiment qui l’abrite ; seul le surplus de la production (s’il en reste) étant racheté par un fournisseur d’énergie. Moins intéressante financièrement pour le particulier producteur, l’autoconsommation apaise les fournisseurs d’énergie qui n’appréciaient pas trop d’avoir à acheter aux particuliers beaucoup d’électricité à un prix fixé par l’État (et toujours trop élevé selon eux). En acheter moins, voire pas du tout, rassure ces fournisseurs d’énergie. Le projet de loi à l’étude prévoit déjà une exonération de charges pour la pose d’équipements servant à l’autoconsommation en électricité et peut être même une prise en charge des coûts de raccordement au réseau électrique (parfois dissuasif jusqu’alors).

 

A savoir : Non seulement le coût du raccordement d’une installation privée de production électrique était parfois repoussant, mais ce sont surtout les délais de raccordement et parfois les exigences rédhibitoires de certains fournisseurs qui ont découragé un grand nombre de particuliers.

 

Produire de l’électricité bientôt obligatoire ?

La maison qui produit et consomme sa propre électricité, n’est plus un exercice de style, mais une réalité très proche. Il faut s’attendre, et c’est déjà bien avancé dans le projet, que la prochaine réglementation thermique (RT 2020) va exiger des maisons et des bâtiments neufs qu’ils soient à énergie positive (BePos). C’est à dire qu’à partir de 2020 dès lors qu’on construira une maison ou un immeuble il faudra que ce bâtiment et cette maison produisent davantage d’énergie qu’ils en consomment. Travailler encore l’isolation thermique et l’étanchéité à l’air de construction déjà BBC (DPE et infiltrométrie) en classe A ne semble plus possible car on s’y heurte à un conflit face à la Qualité de l’Air Intérieur (QAI) dans des locaux trop étanches malgré les efforts fait en termes de ventilation (VMC). Il faut donc travailler sur la production par le bâtiment d’une quantité d’énergie supérieure à celle d’un simple ballon solaire déjà quasiment obligatoire sur toutes les maisons individuelles au label BBC (Bâtiment Basse Consommation) conformément à la RT2012.

 

Les quelques solutions d’autoconsommation d’électricité

L’autoconsommation est possible certes mais avec des réserves quant aux modes de production d’électricité et aux pratiques de consommation. Les panneaux solaires photovoltaïques produisent durant la journée et par beau temps aux heures où on utilise peu d’électricité. L’autoconsommation avec des panneaux photovoltaïques revient alors à revendre quasiment plus que ce que l’on consomme mais si des seuils d’injection sur le réseau sont définis, cette solution n’est pas la plus adaptée à la maison individuelle. Oublions l’éolienne qui reste peu accessible aux particuliers, mais il reste la solution de la chaudière à cogénération qui va produire l’électricité aux heures où l’on chauffe et produit de l’eau chaude.

 

A savoir : Juste avant que ne soit promulguée l’éventuelle loi relative à l’électricité renouvelable qui doit inclure des facilités pour l’autoconsommation, la commission de régulation de l’énergie a baissé encore les tarifs d’achat de l’électricité photovoltaïque de 0,8 % à 1,5 % selon le mode de pose des panneaux (pose sur couverture ou pose en intégration de toiture).

Article similaire

Les commentaires sont fermés.