L’Andra annonce la pollution radioactive de 134 sites

L’inventaire national de l’Andra a annoncé 134 sites radioactifs en France. De plus, il a été mentionné que l’Île-de-France détient le record en matière de sites pollués par la radioactivité.

 

En quoi consiste la pollution radioactive communiquée par l’Andra ?

 

L’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs ou Andra a récemment publié son inventaire national portant sur les déchets et les sites contaminés par la radioactivité en France. Ce dernier répertorie 134 sites suspectés par une pollution radioactive depuis le début de cette année 2012 ; contre 43 en 2010. De plus, il a été clairement mentionné que 84 d’entre eux se situent en Île-de-France dont la majorité à Paris. L’Andra précise également que lesdits sites parisiens sont actuellement érigés en appartements, en pavillons ou en bâtiments publics.

Par ailleurs, l’Agence tient à informer que les occupants de ces lieux ne sont pas conscients de cette pollution radioactive. En effet, les bâtiments concernés datent des deux grandes guerres mondiales ; mais ne relèvent pas du domaine de l’industrie nucléaire. Plus tard, ils sont tombés dans l’oubli et ont été transformés en logements. Selon les propos de l’Andra, ces derniers servaient autrefois à l’extraction du radium à des fins médicales et pharmaceutiques ; à la fabrication et à l’application des peintures pour la vision nocturne ; ou tout simplement à l’exploitation de minerais.

 

La décontamination des sites radioactifs

 

Pour des raisons de sécurité, l’Andra recommande fortement la décontamination des sites touchés par la pollution radioactive. Cette action permet d’éviter la propagation de ces éléments qui pourrait nuire à la santé ou causer d’importants dommages à l’environnement ; et ce, en fonction de l’usage et des activités exercées sur ledit site. Pour ce faire, l’Andra propose que cette décontamination se fasse aux frais de l’État. En effet, un budget s’élevant à 12 millions d’euros a été prévu pour ce type de travaux. À titre de rappel, une intervention dénommée « opération diagnostic radium » a été lancée en 2010 par l’État. Elle consistait surtout à faire inspecter les sites radioactifs par l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire et de les faire assainir par l’Andra.

Dans le même temps, la décontamination d’une maison à Chaville n’est pas passée inaperçue. Environ 260 000 euros ont été dépensés afin d’assainir les lieux. Les travaux consistaient à casser les cloisons et les bouts de planchers afin d’extraire la terre ainsi que les éléments radioactifs présents sur les lieux. En ce qui concerne les autres sites touchés par cette radioactivité, l’Andra a également annoncé qu’un délai d’au moins 6 mois est requis afin d’étudier et de décontaminer les 134 sites inventoriés.

 

Article similaire

Les commentaires sont fermés.