Plomb dans l’eau, des traitements et des précautions

L’ingestion de plomb est la cause de nombreux troubles, malformations et maladies dont la forme la plus connue est le saturnisme. C’est afin d’éviter les risques d’ingestion de particules de plomb notamment par les enfants qu’a été mise en place l’obligation de diagnostic plomb avant la vente ou la location d’un logement ancien. Mais si le CREP (Constat de Risque d’Exposition au Plomb) ou diagnostic plomb en recherche la trace dans les revêtements et peintures anciens, la détection de plomb dans l’eau n’en fait pas partie lors des diagnostics immobiliers obligatoires. Apporté par des canalisations et raccords vétustes, le plomb dans l’eau du robinet est une cause d’intoxication à laquelle tout un chacun voudrait pouvoir échapper et en préserver ses proches. Que faire en cas de détection de plomb dans l’eau ? Des traitements sont-ils possibles ? Que penser de l’action des orthophosphates ?

 

Pourquoi du plomb dans l’eau du robinet ?

Lors de l’adduction d’eau potable dans le réseau, le distributeur (régie ou concession) est en charge de procéder régulièrement aux analyses bactériologiques et toxicologiques de la qualité de l’eau sous le contrôle de l’Agence régionale de Santé. L’eau distribuée aux abonnés doit être ‘adaptée à la consommation humaine’ ce que tout le monde qualifie ‘d’eau potable’, c’est à dire en ce cas sans concentration anormale en plomb ni en métaux lourds entre autres.

Acheminée par des conduites relativement saines (certaines sont encore en amiante-ciment) c’est après le compteur que l’eau du robinet a le plus de risques de se voir chargée en métaux lourds dont le plomb. La faute à des canalisations anciennes au plomb, des raccords, brasures, soudures, réparations contenant du plomb qui peuvent instiller des particules de plomb au fur et à mesure du passage de l’eau.

 

A savoir : Attention aux adoucisseurs d’eau mal réglés ou trop fortement dimensionnés qui peuvent adoucir à l’excès l’eau du robinet. Une eau trop douce devient agressive pour les canalisations en corrodant les métaux avec lesquels elle entre en contact ce qui augmente le risque qu’elle se charge en résidus de corrosion.

 

Le traitement de l’eau aux orthophosphates

Une fois l’eau débarrassée d’éventuelles traces de plomb en amont de la distribution par le distributeur, il reste que cette eau ‘potable’ au compteur peut devenir impropre à la consommation humaine une fois tirée au robinet en raison de canalisations vétustes la chargeant en plomb en aval du compteur.

Pour remédier à ce risque, il est courant d’augmenter l’acidité de l’eau dès la distribution afin que celle-ci ne soit pas trop corrosive pour les canalisations. Pour ce faire, il est souvent d’usage en Île de France notamment de traiter cette eau avec des orthophosphates ou de l’acide phosphorique afin de la rendre un peu plus acide et donc moins corrosive.

Dans ses récentes recommandations, l’ANSES a jugé à propos du traitement aux orthophosphates que « le traitement ne permet pas de respecter en permanence et à tous les points d’usage, la limite réglementaire de qualité du plomb dans les eaux destinées à la consommation humaine.» (10 µg/L ).

 

Lutter contre la présence de plomb dans l’eau

L’ANSES considère comme objectif prioritaire de réduire les expositions au plomb de la population et préconise une série d’actions dont ce traitement de l’eau aux orthophosphates qui n’est pas suffisant à lui seul. Elle recommande à nouveau de procéder au remplacement des canalisations anciennes du réseau mais aussi des immeubles et logements, et surtout de sensibiliser davantage aussi bien les professionnels que les particuliers sur les possibles causes d’intoxication au plomb par l’eau du robinet.

La grande majorité des diagnostiqueurs immobiliers peut effectuer ou faire effectuer pour leur clientèle un diagnostic plomb dans l’eau qu’il est prudent de faire réaliser. En attendant que ce diagnostic plomb dans l’eau soit effectué l’agence rappelle quelques conseils de prudence dont laisser couler l’eau avant de la prélever pour les usages de boisson ou la cuisson des aliments notamment si l’eau a stagné dans le réseau (le matin, au retour d’absences…) ; et surtout ne pas utiliser l’eau du circuit d’eau chaude pour la préparation de boissons chaudes et de denrées alimentaires car une température élevée favorise la dissolution des métaux.

 

Voir à ce sujet AVIS et RAPPORT de l’Anses relatif au traitement des eaux destinées à la consommation humaine par des orthophosphates pour limiter la dissolution du plomb

 

 

Article similaire

Les commentaires sont fermés.